Les grottes de Wonck...

Une plaine vallonnée avec de nombreuses carrières


Plus de 10.000 m², c'est la superficie des grottes de Wonck à Bassenge.
Cette partie de la vallée du Geer a de tous temps été connue pour les particularités de son sous-sol et notamment le silex que l'on y trouvait abondamment. Celui-ci était recherché pour sa dureté qui permettait d'en faire des outils. C'était aussi un matériau de construction très solide comme en témoigne la tour de l'église.

Dans cette région, les veines de silex sont mélangées à du tuffeau, pierre constituée de sable aggloméré.

Assez tendre, il est facile à travailler. Tout ceci explique comment au fil du temps, à force de creuser, les grottes ont pu prendre une telle ampleur.

Ici, une autre entrée des grottes


L'âge des grottes est estimé à plus de 2000 ans. Actuellement, dans le sous-sol de la région, on dénombre pas moins de quelques centaines de kilomètres de galeries.


A chaque guerre, elles servaient de refuge. De nombreuses gravures en témoignent.
Des naissances y ont même eu lieu.

Pendant la guerre sous les robots


De nos jours, les grottes de Wonck sont la propriété de Monsieur et Madame Hendriks.

En plus de la culture des champignons, ils y ont développé une activité touristique aménageant notamment un vaste restaurant souterrain.

Très agréable en été comme en hiver, on peut dire qu'il est "climatisé" naturellement.


Des visites "grand public" et scolaires sont organisées tout au long de l'année.

Un vaste restaurant


L'activité phare est ici le Marché de Noël. Plus de 12.000 visiteurs l'ont visité l'année passée.

Les conditions de température (+/ 10 °)  y rendent l'ambiance particulièrement agréable.

Des éclairages féeriques ont complété l'ensemble. (photo SI)

Quant aux champignons, leur exploitation est assez récente. 
C'est en effet au début du siècle qu'un certain Georges Henry, de retour de Paris où il avait découvert le champignon du même nom, se lança à son tour dans sa culture. On trouve encore des vestiges de ces débuts près du Fort d'Eben Emael.
Les nombreuses grottes avec leur température constante se prêtent à merveille à cette activité.
C'est pourquoi, le nombre de cultivateurs se développa considérablement jusqu'à la première guerre mondiale.

De nos jours, les techniques de culture se sont modernisées. Le composte arrive prêt à l'emploi via des sacs de plastique. Il "ne reste qu'à" les aligner et à les humidifier pour en permettre la fermentation. 
Il faut compter deux à trois semaines pour obtenir les premiers champignons. La récolte se fait en 3 volées.
La cueillette est la phase la plus délicate. En effet à ce moment, la croissance du champignon est très rapide jusqu'à doubler de volume chaque jour.

A voir !

Prochain article sur la région : les Cramignons.


Visite: Syndicat d'Initiative 04 - 286 91 63

Culture des champignons:
M. Hendricks 04 - 286 12 63

 

Les phases de la culture champignonnière





Agenda

Home

Articles déjà parus


Faites connaître l'adresse de cette page à un(e) ami(e)...
Votre nom: L'email du destinataire: Ajouter votre commentaire ?